Avez-vous un code promotionnel?
 

Avez-vous un code promotionnel ?

Complétez ici votre code promotionnel

Envoyer X

Inscrivez-vous à notre lettre d'information prévention

S'inscrire
La saison des festivals a commencé... C’est pas trop tôt ! Fan de concerts sensationnels, de danse effrénée sous chapiteau et de la chaleur suffocante des nuits au camping ? Préparez bien votre scénario de rêve pour éviter qu'il ne dérape. Grâce à nos astuces et outils, à vous les festivals sans nuages qui resteront à jamais gravés dans votre mémoire. Que la fête commence! 

Un smartphone malin

Le smartphone est votre ange gardien dans un festival. Ce compagnon intelligent prédit le temps, affiche le line-up et garde le contact avec vos amis. Vous êtes paré pour les festivals, mais votre téléphone ? Avez-vous pensé à… 

Une batterie de secours ? 
Il a beau être futé, votre smartphone n’a pas l’endurance d’un festivalier. Et c’est bien dommage, car on peut difficilement le recharger sur un festival. Or, il tombe souvent à pic pour prendre des photos mémorables, envoyer des SMS aux amis perdus dans la foule, joindre vos proches en cas d’urgence, etc. Une batterie de secours est donc un investissement profitable, d’autant plus si vous comptez enchaîner les jours de festivités. 

Achetez ici votre batterie de rechange pratique dans la couleur de votre choix.



Une housse de protection ? 
L’humidité est l’ennemi numéro 1 de tout smartphone. Et c’est sur la plaine d’un festival que votre appareil est le plus exposé : il peut être la cible de l’inéluctable averse, des éclaboussures de bière, des flaques de boue, des pistolets à eau et même de votre transpiration. Avec une housse imperméable, toutefois, vous n’avez plus rien à craindre. À vous le bain de boue ! 

Achetez ici une housse imperméable pour votre smartphone.



Un portephone ? 
Moins vous en avez dans les poches, mieux c’est, non ? Délestez-vous du superficiel et essayez de rassembler le reste au maximum. Le porte-cartes adhésif se colle sur le smartphone et permet d’y ranger soigneusement carte bancaire, papiers d’identité, argent et bons pour les boissons. Et le tour est joué ! 

Notre porte-cartes adhésif, c’est par ici.



Aux numéros d’urgence ? 
Enregistrez les numéros utiles dont vous êtes susceptibles d’avoir besoin pendant un festival :
  • Card Stop en cas de perte de votre carte bancaire : 070 344 344
  • Services de secours en cas d’urgence : 112
  • Le numéro de vos parents ou de votre moitié enregistré sous ICE (In Case of Emergency), de façon à ce que les secours sachent immédiatement qui appeler en cas de besoin. 
  • Le numéro de votre opérateur et le code IMEI de votre téléphone (le numéro de série permettant son identification), utiles en cas de vol. Conservez-les donc ailleurs que dans votre téléphone. 


Aux applications pour festival ? 
Voici 10 applications incontournables qui vous aideront à traverser la saison des festival sans accroc :
  • Buienradar : signale les bruines et averses orageuses. 
  • Decibel Meter (iOS) ou Sound Meter (Android) : contrôle le volume de la musique et prévient les acouphènes. 
  • WaterIn : rappelle de boire suffisamment d’eau à temps. 
  • Appli premiers secours : indique les gestes qui sauvent et les postes de secours/DAE (défibrillateur automatisé externe) les plus proches.
  • FireChat : permet de chatter sans Internet ni réception mobile avec des personnes à proximité.
  • Prey, iHound ou Lookout Security : localise votre smartphone perdu ou volé. 
  • Find My Friends ou GroupMe : localise vos amis en cas d’absence de signal ou de musique trop forte. 
  • Find My Tent : vous conduit directement à votre tente, même lorsque vous avez bu un verre de trop. 
  • Appli lampe de poche : utilise le flash de l’appareil photo comme lampe de poche très lumineuse. Pratique lorsque vous devez par exemple tâtonner dans l’obscurité à la recherche d’une fermeture éclair (comme celle de la tente). 
  • Appli du festival en question : outre le programme, indique un tas d’infos utiles provenant de l’organisation. 

Protégez-vous!

Rien de tel qu’un festival pour mettre votre corps à rude épreuve. Les festivaliers bien rodés savent toutefois comment préserver leur corps à tous les niveaux. C’est que la saison des festivals a de beaux jours devant elle ! 

  • Oreilles : le niveau sonore maximal sur un festival est fixé à une moyenne de 100 dB(A) sur plus de 60 minutes et est mesuré à la table de mixage. Plus vous vous rapprochez des enceintes ou restez longtemps trop près du son, plus vous vous exposez à des troubles de l’audition. Achetez ici vos bouchons d’oreille rangés dans un étui métallique qui s’accroche au porte-clés. 
  • Yeux : lorsqu’ils doivent constamment lutter contre la lumière aveuglante du soleil ou les flashs lumineux, pas étonnant que les yeux soient trop sollicités. Accordez-leur donc un petit moment de répit de temps en temps en portant des lunettes de soleil. 
  • Tête : lorsque le soleil est au plus fort, protégez-vous la tête. Vous risquez sinon une insolation et donc de souffrir de maux de tête et nausées, voire de vous évanouir. Quant au choix du couvre-chef, c’est vous qui voyez. 
  • Peau : la musique peut enflammer la plaine du festival, vous ne devez pas pour autant vous retrouver recouvert de brûlures ! Eh oui, passer la journée sous un soleil radieux ne fait pas de bien aux peaux claires. Une règle pour bien dorer, donc : se tartiner de crème, encore et toujours !
  • Pieds : portez des chaussures solides qui ne vous donneront pas d’ampoules, car vous en parcourrez, des kilomètres. La pluie s'invite à la fête ? Gardez vos pieds au sec ! Outre les bottes hype, les Festival Feet sont aussi tendance cet été. Achetez ici votre paire de Festival Feet branchée. 
  • Chaleur corporelle : pour ne pas voir votre festival tomber à l’eau face à la pluie drue, an-ti-ci-pez ! Le poncho est le nec plus ultra sur un festival : il prend peu de place et vous tient – vous et, qui sait, quelqu’un d’autre – bien au chaud. 


La sainte Trinité question sécurité: dormier, boire et manger
C’est le moment de se rappeler les règles de base. Vous avez besoin d’un minimum de sommeil, d’hydratation et de nourriture pour rester opérationnel jusqu’à la dernière note du festival. Parlons quantité, à présent. Nous avons demandé l’avis de Tom, étudiant en dernière année de médecine, qui affiche aussi d’innombrables heures de festival au compteur.

« Lors d’un festival de plusieurs jours, vous avez tout intérêt à dormir minimum 6 heures par nuit. Vous emmagasinez tant d’informations que vous devez les traiter pour retourner au front le lendemain au meilleur de votre forme. Et pourquoi ne pas vous accorder une sieste éclair d’une demi-heure une ou deux fois par jour ? Elle fait des miracles et donne le coup de fouet dont vous avez justement besoin. »

« Gare à la déshydratation qui peut sérieusement gâcher la fête. La somnolence et les maux de tête en sont les symptômes. Sans compter que la chaleur et l’alcool accentuent la déshydratation. Il faut donc boire suffisamment : minimum 1 litre toutes les 6 heures ou toutes les 4 heures en cas de grosses chaleurs. Buvez de l’eau pour étancher votre soif et de l’alcool (avec modération, bien sûr) pour le plaisir. On trouve des robinets sur la plupart des festivals, mais vous pouvez aussi emporter votre Camelbak. Cette dernière option vous permet de vous hydrater en continu, surtout si vous restez scotché à la scène des heures durant. »

« La nourriture de festival n’est pas ce qu’il y a de plus nutritif. Et alors ? Pas de quoi s’en affoler, parce que les hamburgers bien gras font partie du lot de la fête et ne peuvent pas faire de tort. Lorsque le festival s’étend sur plusieurs jours, toutefois, l’alimentation devient une réelle préoccupation. Pas seulement parce que la nourriture vendue sur les festivals est loin d’être bon marché, mais aussi parce que votre corps a besoin d’au moins un repas nourrissant par jour. Essayez donc par exemple de bien manger au camping avant de rejoindre la plaine. »

« Parmi toutes ces consignes d’ordre général, une seule règle d’or prévaut : restez à l’écoute de votre corps. Vous êtes fatigué ? Allez vous reposer un moment. Vous avez soif ? Buvez vite une boisson non alcoolisée. Et ce, même si vos amis n’en font qu’à leur tête. »

Attention à vos sous!

Et non, tout le monde ne balance pas les mains dans les airs sur un festival : on y trouve toujours des personnes aux mains baladeuses qui en ressortent plus riches qu’à l’arrivée. Un seul mot d’ordre, donc :préparez-vous bien à l’éventualité d’un vol, à la maison comme sur le terrain. Ne laissez pas un seul cent aux pickpockets !

  • Ne gardez jamais trop de cash sur vous. La plupart des festivals mettent de toute façon des distributeurs automatiques à disposition, de sorte que vous pouvez retirer de l’argent tranquillement et facilement. Vous pouvez ainsi tirer du cash par petites quantités, éventuellement à tour de rôle. Il arrive souvent que le paiement des bons se fassent également par carte. Vous pouvez aussi les acheter au préalable sur le site Web, de façon à vous balader avec le moins d’argent possible sur vous. Les pickpockets professionnels sont en effet surtout à la recherche d'argent.  
  • Ne vous contentez pas de fourrer votre argent dans vos poches. Si vous êtes parti pour danser, vous ne tenez tout de même pas à voir vos billets et pièces valser eux aussi dans les airs, non ? Astuce : gardez votre argent et vos cartes près de votre GSM ou smartphone à l’aide de notre porte-cartes adhésif.
  • Conservez l’argent, les bons et autres effets personnels importants dans les poches avant uniquement, jamais dans les poches arrière. Pour plus de sûreté, vous pouvez coudre une poche intérieure dans votre pantalon, T-shirt ou tout autre vêtement, ou tout simplement acheter une ceinture ou pochette cache-billets. Si vous prenez un sac à dos, portez-le plutôt sur le ventre. Resserrez davantage les bretelles, de façon à mieux sentir si quelqu’un y touche. 
  • Répartissez l’argent à plusieurs endroits différents pour ne pas tout perdre en une fois.

Camping a risques

Le camping du festival ressemble à un joyeux chaos de tentes multicolores où gambadent des jeunes euphoriques et – très souvent, d’ailleurs – rusés. Votre perspicacité déterminera la façon dont vous vous en sortirez. Déjouez les 5 pièges du camping grâce aux astuces de ces festivaliers confirmés.

Piège n° 1 : vous avez choisi le mauvais emplacement
Toutes les places ne se valent pas, en effet. Arrivez bien à temps pour choisir un emplacement qui ne soit pas exposé aux inondations en cas d’averse. Cherchez à vous placer en hauteur ou, du moins, sur un terrain légèrement incliné. Personne ne souhaite un sac de couchage trempé, pas même à son pire ennemi. D’autres critères à ne pas perdre de vue : pas trop loin de la sortie, pas trop près des sanitaires ni des lieux de passage intense. Choisissez bien votre place ! 

Kevin (23 ans) : « La première année, nous avons trouvé un chouette emplacement contre un grillage. Une idée de génie, à première vue, qui s’est transformée en vision d’horreur lorsqu’on a découvert que l’autre côté du grillage servait d’urinoir ! » 


Piège n° 2 : la tente ne tient pas (bien) droit
Rien de plus gênant qu’une tente qui fait la tête. Ne laissez rien au hasard et faites un test à la maison en montant la tente avant le jour J. Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour faire une « before party » avec votre bande de joyeux drilles ? 

Plus on est de fous avant l’heure, mieux c’est ! Ne voyez toutefois pas trop grand : une petite tente prend moins de place et se monte plus rapidement. 

Marie (25 ans) : « Il y a deux ans, l’un des mâts de la tente était cassé. Nous avons essayé de maintenir la tente le plus droit possible à l’aide de cordes, mais ce n’était franchement pas idéal. Se réveiller chaque matin le visage contre une toile de tente humide n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus agréable ! »



Piège n° 3 : impossible de retrouver la tente
Monter sa tente est une chose, réussir à la retrouver dans le noir en est une autre. Et vous pouvez être certain que toutes les tentes se ressembleront subitement et que vous ne pourrez plus compter sur la copine qui était « pourtant sûre à 100 % que la tente se trouvait là ». Photographiez donc mentalement l’emplacement de votre tente ainsi que les points de référence comme un lampadaire. Vous pouvez aussi utiliser un drapeau comme signe distinctif. 

Lisa (23 ans) : « Ne plus retrouver sa tente alors qu’on n’aspire plus qu’à dormir, c’est une faute de débutant que je ne suis pas prête de commettre à nouveau. Nous la marquons désormais à l’aide d’autocollants fluorescents qui brillent dans le noir. »

Piège n° 4 : votre tente se fait dépouiller
Le camping d’un festival est loin d’être un lieu de pèlerinage. Il y a donc de fortes chances que vous ne revoyiez plus ce que vous avez laissé dans votre tente. Pas de consigne dans le coin ? Protégez vous-même vos effets personnels. Lorsque vous partez en grand groupe, disposez les tentes en cercle afin de décourager les voleurs. Faites connaissance avec vos voisins, de sorte qu’ils gardent un œil sur votre tente. Planquez vos objets de valeur dans différentes cachettes dont le fond de votre sac de couchage, par exemple. Placez un cadenas sur la fermeture éclair de la tente tout en gardant à l’esprit que cette précaution risque d’attirer davantage l’attention sur ce qu’il y aurait à voler. 

Tom (26 ans) : « Avec l’ambiance amicale qui régnait sur le camping, nous étions loin de penser aux vols. Nous étions naïfs de toute évidence, parce que l’année passée, on nous a volé nos bottes. Ça m’apprendra à laisser des affaires devant la tente. »

Piège n° 5 : jouer avec le feu 
Vous souhaitez cuisiner vous-même pour économiser un peu d’argent et c’est bien normal. Veillez toutefois à ne pas devoir en faire les frais. Vérifiez au préalable quelles bonbonnes de gaz sont autorisées sur le camping, sans quoi vous risqueriez de devoir vous en séparer à l’entrée. Raccordez votre bonbonne de manière adéquate, placez le réchaud sur une surface stable et uniforme, et rangez-le à l’abri du soleil après utilisation. Et surtout : tenez le feu éloigné des tentes qui sont souvent très inflammables. 

Iris (22 ans) : « Ce qu’on recherche sur les festivals ? Un sentiment de liberté totale. Mais lorsque nous utilisons le réchaud à gaz, nous respectons deux règles d’or : ne jamais raccorder les bonbonnes une seconde fois et ranger le réchaud après la cuisine, dans un lieu sûr à l’abri du soleil. »