Avez-vous un code promotionnel?
 

Avez-vous un code promotionnel ?

Complétez ici votre code promotionnel

Envoyer X

Inscrivez-vous à notre lettre d'information prévention

S'inscrire

Le soleil brille partout, pas seulement à la plage

Pourtant, un Belge sur deux ne se protège pas de ses rayons lorsqu'il n'est pas en vacances. C'est moins que la moyenne européenne.... et, surtout, cela augmente les risques de cancer de la peau, comme le révèle une étude européenne commandée par Euromelanoma. 

Le réseau des dermatologues européens a placé sa campagne de prévention 2016 sous le slogan "Le soleil brille partout, pas seulement à la plage". Le cancer de la peau est la forme de cancer la plus fréquente en Europe. En Belgique aussi, les chiffres continuent à grimper de manière inquiétante, avec 32 000 nouveaux cas par an.

Même si nous connaissons les bons gestes, nous oublions souvent de les appliquer... Voilà pourquoi nous voulons attirer votre attention, dans ce dossier de prévention, sur les graves conséquences de ce cancer, qui pourraient facilement être évitées.

Folder Recto Euromelanoma Campagne 2016

Folder Verso Euromelanoma Campagne 2016

PB Euromelanoma Campagne 2016



Prévention du cancer

Le cancer de la peau est l'un des plus évitables. Comme ses effets sont visibles, il peut être diagnostiqué tôt. Et son principal facteur de risque, l'exposition aux rayonnements UV, peut être facilement évité en changeant ses habitudes face au soleil.

Porter des vêtements protecteurs, éviter l'exposition directe au soleil entre 11h et 15h l'été (moment où les UV sont à leur maximum), rechercher l’ombre, appliquer régulièrement une crème solaire sont les recommandations classiques.

Ce sont les personnes aux yeux bleus, aux cheveux roux ou blonds, à la peau claire qui brûle facilement et bronze rarement, et qui se couvrent de taches de rousseur en été, qui courent le plus de risques de cancer de la peau.

Une surexposition au soleil durant l’enfance augmente, à vie, le risque de cancer de la peau ; les petits doivent donc être tout particulièrement protégés.

Prévention primaire : elle consiste à tout faire pour éviter l'apparition de la maladie, principalement en limitant l’exposition aux UV intenses.

Il existe en effet différents types d'exposition au soleil :

  • Brève et occasionnelle : activités de routine effectuées à l'extérieur lors d’une journée ensoleillée.
  • Récréative : loisirs ou sliorts, à l'extérieur, sous les rayons du soleil.
  • lirofessionnelle : travail à l'extérieur (agriculteur, liêcheur, ouvrier du bâtiment, facteur, ...).
  • Intentionnelle : temlis liassé au soleil liour bronzer.

Prévention secondaire : elle consiste à dépister précocement le cancer de la peau pour en améliorer le pronostic : auto-examen régulier de sa peau, bonne connaissance de ses propres facteurs de risques, et visites de contrôle régulières chez le dermatologue.

Protégez votre peau

Il est impossible de changer la prédisposition génétique de votre peau à développer un mélanome – peau claire, nombreux grains de beauté, ou antécédents familiaux de mélanome sont autant de facteurs de risque. Par contre, vous pouvez limiter le risque d'apparition du cancer en suivant ces règles d'or :

Exposition au soleil

Évitez à tout prix les expositions directes, soudaines et intensives au soleil. Objectif premier : éviter les coups de soleil, c'est-à-dire les rougeurs cuisantes après une exposition. Les plus graves s'accompagnent de cloques et de douleurs persistant au moins 48 heures. Mieux vaut donc éviter toute exposition directe aux rayons du soleil, surtout entre 11h et 15h.

Crèmes solaires

Utilisez des crèmes à indice de protection très élevé, qui offrent une bonne protection contre les rayons UVA et UVB (seules les crèmes à haut indice de protection protègent contre les UVA).

Les crèmes solaires ne commencent à protéger la peau qu'une demi-heure après application ; leur efficacité se limite à deux ou trois heures. Mettez donc de la crème une demi-heure avant de sortir, puis répétez l'application toutes les deux heures.

Ombre / température

Même à l'ombre, vous pouvez attraper un coup de soleil, à cause de la réverbération des UV ! Mieux vaut donc toujours vous protéger. Les rayons du soleil peuvent même filtrer à travers une légère couche nuageuse, et là encore, les coups de soleil ne sont pas à exclure.

N'oubliez pas non plus que les UV ne donnent pas de sensation de chaleur, et si un petit vent frais souffle, vous pourriez avoir à tort l'impression d'être en sécurité...

Vêtements

Ce sont les vêtements qui offrent la meilleure protection contre les rayons ardents du soleil. Les T-shirts sont préférables aux débardeurs. Les couleurs foncées protègent mieux que les claires. Les étoffes au tissage serré sont préférables ; si elles sont certifiées anti-UV, c'est encore mieux ! 

Portez un chapeau à larges bords et des lunettes solaires polarisées (puisque les UV sont nocifs pour les yeux aussi). 

Pour les enfants, vous pourrez trouver dans le commerce des vêtements et maillots de bains avec protection solaire (à indice allant jusqu'à 50).

Cosmétiques et médicaments

Certains médicaments induisent une photosensibilisation. Discutez-en avec votre médecin ou pharmacien avant de vous exposer au soleil ! Certains déodorants, produits cosmétiques et parfums peuvent causer des réactions cutanées au soleil, voire des pigmentations permanentes. Évitez donc d'appliquer ce type de produits avant de vous exposer au soleil !

Adolescents

Les ados tendent à être victimes de la mode. Ils connaissent les dangers de l'exposition au soleil, mais les dangers futurs pèsent parfois bien peu par rapport au regard des copains...

Cette quête du teint hâlé peut même les pousser à faire du banc solaire – qui les expose à des UV d'une puissance jusqu'à 15 fois supérieure à celle du soleil !

Autant, alors, leur conseiller des crèmes auto-bronzantes : ils pourront "bronzer" tant qu'ils le souhaitent, sans s'exposer à des UV dangereux.

Essayez de leur inculquer le réflexe du geste "crème solaire", en gardant des flacons à leur disposition à la maison, à l'école, ou dans leur sac de sport.

Pas facile de convaincre les ados de toujours porter un chapeau/casquette et des vêtements couvrants à l'extérieur ! La meilleure stratégie est de les emmener avec vous en virée shopping, et de les laisser choisir eux-mêmes le chapeau et les vêtements qui leur plaisent. Ils ne rechignent généralement pas à porter des lunettes de soleil... mais encouragez-les à choisir un modèle qui offre une protection suffisante contre les UV.

Bébés et enfants

Le risque de développer un cancer de la peau peut déjà être déterminé dans l'enfance. Un seul coup de soleil avec cloques durant l’enfance double le risque de développer un mélanome plus tard !

Pour les bébés et les tout-petits, éviter toute exposition directe au soleil est la meilleure solution. 

Si c'est impossible, essayez de ne laisser votre enfant à l'extérieur que quand l'intensité du soleil est plus modérée, tôt le matin ou en fin d’après-midi.

Pour les enfants et les jeunes, utilisez une crème solaire résistante à l'eau (waterproof) à indice de protection d'au moins 30, protégeant contre les UVA et UVB. S'ils vont au soleil à l'extérieur, T-shirt, chapeau de soleil et lunettes de qualité, avec protection UV, sont indispensables.

Il est important d'apprendre les bons gestes aux enfants dès leur plus jeune âge.

La règle ABCDE

Dépister le cancer de la peau

Le cancer de la peau peut se guérir. En fait, c'est même le cancer le plus facile à soigner, s'il est diagnostiqué et traité suffisamment tôt.

Et pour cela, il est important de savoir identifier les signes de cancer de la peau. Les effets du cancer de la peau sont visibles. Examinez donc régulièrement votre peau pour détecter le moindre changement.

Tout le monde devrait connaître sa peau, et l'inspecter régulièrement. Si vous faites partie des groupes à risque, examinez votre peau une fois par mois, et faites-vous dépister chaque année chez un(e) dermatologue.

Ignorer les signes de cancer de la peau ne le feront pas disparaître. Au contraire, si vous le laissez évoluer, les conséquences peuvent être sérieuses : défiguration, complications, ou même la mort dans le cas du mélanome.

Que rechercher ?

Vous devez prendre garde à toute anomalie apparaissant à la surface de la peau ou sous la peau. Ces lésions cutanées sont souvent associées au vieillissement, mais elles peuvent apparaître à tout âge. Elles sont fréquentes, et le plus souvent bénignes, mais parfois, elles peuvent indiquer un problème plus sérieux, y compris un cancer.

Heureusement, si elles sont détectées à temps, les lésions cancéreuses être traitées efficacement. Cliquez sur les pages du carcinome basocellulaire, du carcinome spinocellulaire, des kératoses actiniques et des mélanomes pour en savoir plus sur les différents types de lésions cutanées à surveiller.

De manière générale, recherchez sur votre peau toute tache qui :

  • Change de couleur, de taille ou de forme
  • A un asliect différent des autres
  • Est asymétrique ou lirésente des bords irréguliers
  • A un diamètre suliérieur à 6mm
  • lirésente une surface rugueuse ou des squames (liarfois, une lésion se sent au toucher avant de devenir visible)
  • lirésente lilusieurs couleurs (blanc, gris, rose, rouge, toutes les nuances de brun, noir)
  • Démange
  • Saigne ou suinte
  • lirésente un asliect granuleux
  • Ressemble à une blessure, mais ne guérit lias

Attention, ne croyez pas qu'une tache suspecte est bénigne parce qu'elle est indolore. 

Les lésions cancéreuses ne sont pas forcément toutes douloureuses !

La règle ABCDE

La "règle ABCDE" est une bonne aide mnémotechnique.

La lésion est-t-elle Asymétrique ?

Présente-t-elle des Bords irréguliers ou flous ?

Change-t-elle de Couleur, ou présente-t-elle différentes couleurs ?

A-t-elle un Diamètre supérieur à 6mm ?

Sa taille ou sa forme ont-elles Evolué au fil du temps ?

Le signe du "vilain petit canard"

Toutes vos taches pigmentaires devraient présenter plus ou moins la même forme et la même couleur.

Que faire ensuite ?

Si vous remarquez une tache suspecte, il est vital que vous la fassiez examiner par un médecin, de préférence un(e) dermatologue, le plus vite possible.

Le cancer de la peau peut être traité, et un diagnostic précoce augmente très fortement les chances de guérison complète.

Par contre, si le traitement est tardif, la situation peut s'aggraver, et dans certains cas, entraîner la défiguration, d'autres complications, et même la mort.

Donc, ne risquez pas de réduire vos chances d'une issue positive en ignorant le problème !

Les règles d'or :

  • N'ignorez lias une lésion en esliérant qu'elle disliaraîtra d'elle-même.
  • N'attendez lias de voir comment elle évolue, et n'essayez lias de la traiter vous-même.
  • Ne liartez lias du lirincilie qu'elle est bénigne.
  • Ne liensez lias que la faire examiner n'est lias une liriorité.
  • Et surtout, n'ayez lias lieur de consulter votre médecin ou dermatologue !

Euromelanoma

Euromelanoma se fixe pour objectif de diffuser des informations sur la prévention du cancer de la peau. Nous sommes dirigés par un réseau de dermatologues européens qui y collaborent bénévolement.

Nos activités ciblent trois groupes prioritaires : le grand public, la communauté scientifique et les décideurs politiques nationaux et européens.

Pour le grand public, nous avons mis en place un site Internet (Euromelanoma.org), qui a déjà eu plus d'un million de visiteurs, ainsi que des campagnes annuelles. Nous voulons promouvoir la compréhension du cancer de la peau, sa prévention et son dépistage précoce, avec pour point fort les journées de dépistage public. À ce jour, quelque 450 000 personnes ont bénéficié d'un dépistage gratuit.

Pour les dermatologues et le secteur des soins de santé, nous publions régulièrement des études scientifiques afin d'améliorer les soins aux patients souffrant de cancer de la peau.

Pour les autorités, nous organisons des évènements spéciaux pour garantir que le traitement et la prévention du cancer de la peau bénéficient de tout le soutien nécessaire. Crée en 1999 par six dermatologues belges (T. Maselis, M. van Daele, C. Pirard, V. del Marmol, B. Richert, et K. de Boulle), Euromelanoma a rapidement étendu son champ d'activité à tout le continent européen, et est aujourd'hui présent dans 33 pays.